Le syndrome du colon irritable

Le syndrome du colon irritable (SCI) est plutôt difficile à comprendre, il est avant tout un syndrome douloureux de l’abdomen, plutôt dérangeant mais non dangereux. Il touche 12% de la population et plus fréquemment les femmes que les hommes.

Comment reconnaître un SCI? Il présente des troubles du fonctionnement du côlon, d’origine inconnue, sans lésion ni pathologie décelable à l’examen physique ni aux tests spécifiques. Il s’associe presque toujours à une modification du transit intestinal, ç’est à dire une alternance de diarrhée et de constipation, qui est accompagnée de douleur et normalement soulagée à l’élimination. Il ne cause ni fièvre, ni atteinte de l’état général. Le SCI est souvent même aggravé par une composante psychologique.

Que se passent-ils alors d’anormal? Il existe probablement, à l’origine du SCI, une anomalie du fonctionnement neuromusculaire du colon et de l’intestin grêle. Les spasmes de l’intestin semblent être augmentés après les repas, ainsi que son hypersensibilité, ce qui augmenterait la perception de la douleur.

Quelles autres maladies peuvent ressembler au SCI? Plusieurs maladies, telles la maladie de Crohn, la colite ulcéreuse, la maladie coeliaque, l’intolérance au lactose, le cancer du côlon, …peuvent mimer les mêmes symptômes que le SCI, ç’est pourquoi il est important de consulter son médecin afin que des tests appropriés soient fait si nécessaire.

Quels sont les traitements? Médicalement, le traitement consistera à traiter les symptômes par des médicaments antispasmodiques, des relaxants musculaires ou des antidépresseurs pour traiter la douleur, ainsi que des anti-diarrhéiques ou anti-constipants selon le cas.

L’ostéopathie peut améliorer le fonctionnement neuromusculaire de l’intestin en agissant sur le système nerveux autonome (le système sympathique et parasympathique). Elle peut également améliorer le transit intestinal et soulager la douleur abdominale en assouplissant la musculature lisse de l’intestin et ses attaches aux parois de l’abdomen et organes environnants.

La naturopathie offre une approche holistique qui tient compte de toutes les causes pouvant perturber le fonctionnement de l’intestin. Après avoir ciblé les facteurs déclenchants, la naturopathie propose une alimentation adaptée, ainsi que certaines modifications du style de vie. L’emploi de suppléments naturels peut également favoriser la fonction digestive et permettre de soutenir et d’entretenir une muqueuse intestinale saine.

L’acupuncture permet de maintenir ou rééquilibrer le flux d’énergie de l’intestin. Les chercheurs du National Institute of Health ont constaté que l’acupuncture pouvait détendre les spasmes musculaires et améliorer la fonction intestinale. De plus, elle aide à contrôler et réduire l’aspect psychologique du SCI, lorsque présent.

Quoi qu’il en soit, il importe surtout de comprendre que les troubles sont bénins et ne comportent aucun risque de complication, si le diagnostique à bien été établi au départ.

[divider]

Julie Bélanger, Physiothérapeute et Ostéopathe